criticat15coverf4
Lettre de Porto

À la toute fin du numéro 15 de l’excellente revue Criticat, on peut lire une lettre pleine de retenue, très éclairante sur la situation des architectes et de l’architecture au Portugal, plus particulièrement à Porto. Cette lettre d’André Tavares, architecte et éditeur chez Dafne Editora, également directeur du Jornal Arquitectos, est aussi une réflexion sur la situation européenne d’aujourd’hui.
Depuis de nombreuses décennies pour le premier et un peu moins pour le second – ils ont 20 ans d’écart – l’architecture portugaise est profondément marquée par Álvaro Siza et Eduardo Souto de Moura. Malgré la générosité qui les anime, le rayonnement médiatique international de ces deux maîtres, l’un et l’autre auréolés de nombreux prix et du fameux Pritzker, ne favorise pas l’émergence et la reconnaissance des générations d’architectes qui les ont suivis. (…)

Comme la crise économique touche toute la profession, les raisons d’espérer des jeunes et moins jeunes sont à rechercher ailleurs que dans une pratique classique. C’est ce qu’exprime avec justesse et lucidité cette lettre qui fait ce terrible constat : « Aujourd’hui, l’ascension et la glorification de quelques architectes célèbres s’accompagnent d’une disparition de la profession en tant que telle. » Mais, face à cette situation critique, André Tavares entend ne pas rester les bras croisés, il esquisse des pistes d’évolution et conclut : « Il y a des raisons d’espérer et j’en suis certain, on entendra bientôt parler de nous.
En savoir plus : Le site de la revue Criticat

Laisser un commentaire